Home pageHome page Storia AgriturismoL'histoire Agriturismo langheLa ferme Cucina LangheLa cuisine Camere LangheChambres Agriturismo LangheLa carte Foto LangheAlbum Contatti agriturismoContact

Lequio Tanaro

Peu de kilomètres au-delà de Bene Vagienna, où finit la plaine Padana, se trouve Lequio Tanaro.
Depuis la place principale, dédiée au sénateur Giacomo Curreno, on peut idéalement ouvrir une " fenêtre " pour admirer un panorama particulièrement suggestif.
Au dessous s'étend la millénaire, l'immense vallée Tanaro, devant des collines au profil ondulé magique, qui semble se diriger vers l'infini, collines dont les allemands et les suisses sont amoureux, collines appartenant à la " madre Langa " de l'écrivain Beppe Fenoglio.

Un regard vers l'église paroissiale de San Michele Arcangelo, petit lieu de culte accueillant, de style baroque, consacré en 1765.

L'histoire du village est étroitement liée à celle de la proche Augusta Bagiennorum tout d'abord, devenue Bene Vagienna.
Située sur la route qui reliait Pollenzo à l'ancienne capitale des Vagienni, il suivit tous les événements civils et ecclésiastiques jusqu'à la fin du 17ème siècle.
Devenue une réalité indépendante sous le nom de Lequio Piemonte, puis Tanaro pour ne pas la confondre avec Lequio Berria, il acquit le titre de comté.
Il fut inféodé à la famille Salmatoris, qui conserva le titre jusqu'en 1814.
En 1928 Lequio fut incorporé à Bene Vagienna, avant de redevenir une commune autonome immédiatement après la guerre.
Outre l'église paroissiale déjà citée, sont à visiter : la " Confraternita dei Disciplinandi Bianchi ", église baroque datant de la moitié du 19ème siècle, l'église de Sant'Onorato, à trois nefs, construite fin 18ème, le Sanctuaire de la Madonna del Lago, autrefois connu sous le nome de Santa Maria ad Leucum qui est, malgré les restructurations subies au fil du temps, la plus ancienne église existante à Lequio, ses origines remontant au IXème siècle.
A début du siècle, Lequio comptait plus de 1.600 habitants, qui se sont réduits à 700 actuellement à cause du dépeuplement des campagnes.